Non classé

Les conditions de vie des Grand-Yoffois : Démographie, Logement, Emplois

Cet article a pour but de dresser un portrait statistique des Grand-Yoffois grâce aux données de L’Agence National de la Statistique du Sénégal (ANSD). Toutes nos données pour cet article sont basés sur les données du recensement de 2013 de l’ANSD.

En voici les grandes lignes !

Une population importante et jeune

La population de Grand-Yoff comptait en 2013, 185 503 habitants. C’est beaucoup, car cela fait de notre commune la plus peuplée du département de Dakar. Aujourd’hui, en 2017, la population est très probablement supérieure à 200 000 habitants si l’on prend en compte la croissance démographique à l’œuvre depuis 2002. Les deux-tiers des habitants de la commune vivent dans les quartiers historiques et traditionnels de Grand-Yoff situés au centre et à l’Est de la commune. Le reste de la population, soit près de 60 000 personnes vivent dans  les « nouvelles citées » qui sont des quartiers en en général plus récents, mieux viabilisés et structurés et aussi un plus aisés.

En rouge, les quartiers appartenant à Grand-Yoff traditionnel:GY_tradi

La structure par âge des Grand-Yoffois est à l’image du Sénégal très jeune puisque 62% de la population a moins de 30 ans et seulement 4% a plus de 60 ans !

La population de Grand-Yoff se différencie néanmoins du reste du Sénégal par la proportion plus importante de jeunes adultes (20 à 29 ans) qui se concentrent dans le commune. Ce surplus s’explique probablement par l’exode rural qui s’accroît a un rythme soutenu depuis plusieurs années. Ces jeunes adultes sont venus s’établir à Dakar pour y travailler ou étudier et se concentrent à Grand-Yoff du fait des faibles coûts de logement ou de leurs liens familiaux qui leur assure un hébergement gratuit ou peu cher.

graph_pop

Concernant l’équilibre des sexes, il n’y a pas de déséquilibre important entre homme et femme même si l’on trouve  environ 1000 femmes pour  1006 hommes.

Niveau d’éducation

Le niveau d’instruction des Grand-Yoffois est très encourageant. Plus de la moitié des adultes ont au moins un niveau d’instruction primaire et environ 30% se rende au delà (jusqu’au lycée ou à l’université). Ces chiffres, s’ils peuvent paraître bas sont largement supérieur à la moyenne du Sénégal ou la majorité de la population ne dépasse pas le stade du primaire (RGPHAE, 2013).

Tableau comparant les niveaux d’instructions de Grand-Yoff et du Sénégal :

graph_education

Occupation socio-professionnelle

Environ 50% des habitants de Grand-Yoff sont sur le marché de travail (60% des hommes contre 40% des femmes). Les emplois occupés sont en général assez précaires puisque sur l’ensemble des personnes employées,  seulement 30% des travailleurs ont un emploi salarié permanent. Pour le reste, 40% sont des petits travailleurs indépendants et 20% des salariés temporaires travaillant quelques jours dans la semaine. En plus d’être précaire ces emplois sont peu rémunérateurs. Si nous manquons de données sur les niveaux de revenu et les salaires, l’enquête emplois de l’ANSD montre que les emplois les plus fréquents  ne sont pas susceptible de garantir des revenus suffisants. En effet, les emplois les plus fréquents sont les suivants : aide de ménage, petit commerçant, vendeurs, chauffeurs, maçon etc.

Le reste de la population est composé de 30% d’élèves et d’étudiant, de 9% de personnes au foyer (exclusivement des femmes) et de 2.5% de retraités.

Condition de logement  

La grande majorité des ménages de Grand-Yoff vivent dans des concessions..  Ce mode d’habitat classique de la capital Sénégalaise a longtemps largement dominé le paysage urbain car il permettait d’abriter une grande famille Sénégalaise souvent composée de plusieurs ménages autour d’une cour centrale commune. Aujourd’hui les concessions se sont vu rajoutés des bâtiments ou des étages mais elles restent le type hébergement le plus fréquent. On trouve des concessions « basses » qui sont soit de plein pied soit avec un étage et des concessions « hautes » avec plus d’un étage. Si de l’extérieur ces concessions peuvent ressembler a des immeubles classiques, la différence demeure entre ces deux modes d’habitats. La concession, même avec plusieurs étages restent un type d’habitat « collectif » où les sanitaires sont souvent partagés et où les unités d’habitations offert à chaque ménage sont petites car la cours central permet aux résidents d’y mener diverses activités (cuisine, lessive, discussion etc). Les bâtiments classifiés comme « immeuble » sont en général dépourvu de cours central et les sanitaires ne sont pas partagé faisant de ces structures des habitats plus « individualistes » et où la vie sociale y est moins développée.

A Grand-Yoff, les concessions restent un habitat largement majoritaires. Les statistiques sont évocatrices à cet égard puisque près de 90% des ménages de la commune y vivent, 60% dans des concessions « basses » et 28% dans des concessions à étages.

Aujourd’hui cet habitat bien que toujours plébiscité s’effrite du fait de la pression démographique qui pousse à la densification et au remplacement des concessions basses par des immeubles ainsi que par le désir d’un plus grand confort et de plus d’intimité offert par l’appartement. Les ménages vivant dans des immeubles a appartement sont toujours très minoritaire (9% en 2013) mais ce faible pourcentage masque une puissante dynamique. La construction d’immeuble connait un intense développement et tous les quartiers sont touchés même si les quartiers autour du CICES sont le fer de lance de l’expansion immobilière.

Photo : Exemple de concessions de un ou deux étages vues depuis la rue.

20170509_125236

Du fait de la forte densité et des difficultés économiques, la promiscuité est très importante et beaucoup de Grand-Yoffois vivent dans des logements trop petit sans réelle séparation avec les autres ménages de l’immeuble ou de la concession. Il y aurait à Grand-Yoff environ 12 500 concessions soit une moyenne de 15 personnes par concessions. Cette moyenne est très souvent dépassée dans une quinzaine de quartiers populaires de la commune où l’on trouve facilement 20 à 30 personnes par concessions et parfois bien plus. La majorité des ménages (51%) ne disposent que d’une seule pièce pour vivre et seulement 35% d’entre eux disposent de 3 pièces ou plus alors qu’un ménage est constitué de 5 personnes en moyenne ! Cette promiscuité est source de difficultés dans la vie quotidienne (insécurité, bruit, propreté, encombrement etc).

Les trois quarts des ménages sont locataires.

A travers ce portrait rapide des Grand-Yoffois, les besoins sur les trois problématiques abordées dans cet article (l’éducation, le logement et l’emplois) sautent aux yeux. Les conditions de logement sont difficile voir très difficile tandis que le marché du travail absorbe très difficilement les personnes désireuses de travailler en ne leur offrant en majorité que des emplois précaires et peu rémunérateur. Si la situation en terme d’éducation semble meilleur elle cache elle aussi de grands défis car les classes sont souvent sous-dimensionnées et trop d’élevés sont déscolarisés trop rapidement.

1 thought on “Les conditions de vie des Grand-Yoffois : Démographie, Logement, Emplois”

  1. A reblogué ceci sur Hlm Grand Yoffet a ajouté:
    Cet article a pour but de dresser un portrait statistique des Grand-Yoffois grâce aux données de L’Agence National de la Statistique du Sénégal (ANSD). Toutes nos données pour cet article sont basés sur les données du recensement de 2013 de l’ANSD.

    En voici les grandes lignes !

    Une population importante et jeune

    La population de Grand-Yoff comptait en 2013, 185 503 habitants. C’est beaucoup, car cela fait de notre commune la plus peuplée du département de Dakar. Aujourd’hui, en 2017, la population est très probablement supérieure à 200 000 habitants si l’on prend en compte la croissance démographique à l’œuvre depuis 2002. Les deux-tiers des habitants de la commune vivent dans les quartiers historiques et traditionnels de Grand-Yoff situés au centre et à l’Est de la commune. Le reste de la population, soit près de 60 000 personnes vivent dans les « nouvelles citées », quartiers plus récent en général mieux viabilisé et structuré et aussi un peu plus aisé.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s