Non classé

Les inondations à Grand-Yoff

Les inondations sont un problème récurrents dans la commune de Grand-Yoff. Si la situation n’est pas aussi dramatique que dans certaines communes de l’agglomération (Médina Gounass, Djeddah-Thiaroye-Kao, Guinaw rail…) elle reste problématique. Le laboratoire de cartographie de Grand-Yoff a souhaité étudier cette question et localiser les zones les plus à risque.

Un relief propice aux inondations

La commune de Grand-Yoff se trouve au Centre de la presqu’île du Cap vert. L’altitude moyenne de la commune est de 22,9 mètre au-dessus du nouveau de la mer. Le point culminant se trouve à 46,2m au niveau du Camp-Leclerc et le point bas à 6.9 m au niveau de la zone de captage. L’ensemble forme une surface relativement plane avec une pente globalement orientée du Sud-Ouest au Nord-Est. L’eau s’écoule dans ce sens et à tendance à s’accumuler et à stagner dans la moitié Est de la commune où l’altitude est relativement basse, particulièrement au niveau de la zone de captage. Ce secteur a dalleur été l’un des derniers urbanisés dans les années 2000 en partie du fait de sa topographie à risque.

CARTE_Relief

Les inondations à Grand-Yoff : Ruissèlement et stagnation

Il est important de distinguer deux phénomènes différents concernant le problème des inondations à Grand-Yoff : Le ruissèlement et la stagnation.

A Dakar et dans les villes Sénégalaise il existe en général un problème d’évacuation des eaux. L’insuffisance des infrastructures d’évacuations et l’existence de quartier non viabilisés provoque des écoulements d’eau de pluie dans les rues, transformant certains artère en petite « rivière » temporaire dont le débit et la profondeur est parfois impressionnant. Cet écoulement dure le temps de l’orage et se poursuit en général une à deux heures après.

La stagnation est un problème lié mais différent. Pendant et à la suite des précipitations, l’eau peut s’accumuler dans certains secteurs et stagner. Cette stagnation peut ne durer que quelques heures dans les points bas où l’eau à la possibilité de s’infiltrer mais elle peut aussi durer des jours voir des semaines dans certaines zones.

Le ruissellement est un phénomène bref et généralisé alors que la stagnation est un phénomène localisé et plus long.

 

Le risque de ruissellement

Comme il a été dit plus haut, le ruissellement est un phénomène qui concerne l’ensemble des villes Sénégalaises. La commune de Grand-Yoff n’y fait pas exception. Pendant des pluies importantes, un certain nombre de rues sont envahies par des eaux de surfaces qui s’écoulent dans le sens de la pente. Une fois l’orage terminé l’écoulement se poursuit en général pendant une à deux heures avant de disparaître complètement.

Exemple d’un ruissellement important (vidéo enregistrée en juillet 2017):

La présence de ces flux au sein de quartiers denses comme ceux de Grand-Yoff pose plusieurs problèmes.

  • Le premier est bien sur la perturbation des déplacements. Les véhicules motorisés ne peuvent circuler dans certaines rues sous peine de risquer de noyer leur moteur ou de s’enliser dans les endroits sablonneux. S’ajoute à la difficulté de circuler les risques accrus d’accident, en particulier pour les véhicules à deux roues qui sont victimes de chutes fréquentes du fait de la présence d’obstacle (parpaing, trou, plaque d’égout) masqué sous 10 à 20 cm d’eau. Les piétons et charrettes sont eux aussi affectés et se voient obliger de réaliser de grands détours.
  • Le second problème est l’envahissement des bâtiments situés le long de ces écoulements. Ce problème est d’autant plus grave à Grand-Yoff qu’un certain nombre de maison sont situés sous le niveau du sol. Pour se prémunir de ce risque, les habitants ont construit des murs en parpaing à l’entrée des maisons sans que cela ne règle définitivement la possibilité d’une submersion.

20170809_113522

Photo : A droite, un bâtiment situé à 1m sous le niveau du sol (quartier Arafat).

  • Enfin, les écoulements sont souvent chargés de détritus, de refoulement d’égout et de carburant. Cela pose un problème de santé publique, quand l’eau pénètre dans les maisons les plus basses ou quand les riverains entrent en contact avec ces eaux insalubres.

20170809_113353

Photo : Exemple de dépotoirs en contact avec de l’eau

La cartographie du ruissellement pose des problèmes méthodologiques. Ce phénomène est par définition bref et se produit simultanément dans l’ensemble de la commune de Grand-Yoff. Nos moyens étant limité nous avons fait le choix de d’étudier ce phénomène en combinant les données sur la topographie de Grand-Yoff. Plus une zone est basse plus elle a de chance de recueillir une quantité importante d’eau de ruissellement. Nous avons localisé ces zones basses où les eaux de ruissellement du reste de la commune tendent à se concentrer pour former de vastes écoulements. Nous avons déterminés trois secteurs de risque différents  :

  • Un risque très fort
  • Un risque fort
  • Un risque important

Cartes_RisqueRuissèlement

Il faut évidemment sousligner l’approximation de cette méthode qui ne prend pas en compte la micro topographie urbaine relativement difficile à modéliser. Dans les zones à fort risque, seulement certaines rues sont inondées sans qu’il soit possible de dire avec précision lesquelles. A l’inverse les zones hors des secteurs à risque sont aussi susceptibles de subir des écoulements même s’ils sont en moyenne moins nombreux et moins importants.

Ces zones à risques sont toutes densément peuplées, les perturbations engendrées pendant les orages sont donc potentiellement importantes. Au total environ 95 000 personnes se trouvent dans ces zones à risque en plus de 95 structures éducatives, 62 km de voirie et quatre centres de soin publiques.

Très fort risque

Fort risque Risque Important

Superficie (km²)

0,63 1,25 0,58

Nombre de résidants

16 232 52 565

29 959

Nombre d’écoles

19 44

32

Longueur totale des rues (km) 14,8 30,4

16,9

Nombre de structures de soin publique 0 2 (Hôpital général, Centre Taliboudabo)

2 (Poste de santé HLM patte d’Oie et HLM Grand-Yoff 2)

La stagnation des eaux

Nous avons utilisé une méthodologie différente pour étudier le problème de la stagnation des eaux. Du fait de la permanence de ces eaux pendant plusieurs jours voir plusieurs semaines, nous avons été en mesure de les recenser en parcourant les rues de Grand-Yoff. Nous avons fait le choix de différencier les « flaques d’eaux » dont la taille est comprise entre 4m et 10m de diamètre et les « marres » qui sont des zones inondées dont le diamètre est supérieures à 10 m et peut parfois atteindre jusqu’à 100 m.

20170809_111616

Photo : Une grande flaque d’eau profonde d’une vingtaine de centimètre qui perturbe la circulation.

20170824_142327

Photo : Une marre d’eau stagnante profonde de près d’un mètre au centre. Aucun véhicule ne peut circuler et les échoppes des vendeurs ambulants sont inaccessibles.

Au total, nous avons recensés 136 grandes flaques d’eaux dont la profondeur varie de 5 à 40 cm et localisés 86 marres d’eau stagnante dont la superficie varie de 12 à 18 000 m², la médiane étant de 220 m². Au total ces marres représentent une emprise de 67 960 m². Peu d’infrastructures sont situées directement dans les zones inondées à l’exception de trois écoles et de quelques terrains vagues qui sont utilisés comme terrains de foot. Aucune habitation n’est directement submergée car l’eau s’accumule sur la voirie ou sur des terrains inhabité. Les conséquences directes les plus significatives concernent la perturbation de la circulation. Un certain nombre de portion de routes, notamment goudronnées, sont submergées ce qui peut empêcher tout traffic pendant plusieurs heures après les pluies et le perturber pendant plusieurs jours. L’ensemble de ces données ont été agrégées et traitées pour réaliser une carte globale des secteurs où l’eau à tendance à s’accumuler.

CARTE_Stagnation

Il faut également prendre en compte les conséquences indirectes engendrées par ces marres d’eaux stagnantes (humidité, odeur, moustique, circulation)  qui peuvent être ressenties plusieurs centaine de mètres autour des portions submergées.

 

Conclusion

Le problème des inondations est un sujet majeur qui perturbe de manière significative la vie des riverains et a de potentielles conséquences sanitaires.

Il conviendrait d’améliorer le réseau d’évacuation des eaux et de drainer les eaux stagnantes pour réduire ce risque et améliorer de manière significative la vie des riverains pendant les trois mois de la saison des pluies.

1 thought on “Les inondations à Grand-Yoff”

  1. A reblogué ceci sur Hlm Grand Yoffet a ajouté:
    Les inondations sont un problème récurrents dans la commune de Grand-Yoff. Si la situation n’est pas aussi dramatique que dans certaines communes de l’agglomération (Médina Gounass, Djeddah-Thiaroye-Kao, Guinaw rail…) elle reste problématique. Le laboratoire de cartographie de Grand-Yoff a souhaité étudier cette question et localiser les zones les plus à risque.

    Un relief propice aux inondations

    La commune de Grand-Yoff se trouve au Centre de la presqu’île du Cap vert. L’altitude moyenne de la commune est de 22,9 mètre au-dessus du nouveau de la mer. Le point culminant se trouve à 46,2m au niveau du Camp-Leclerc et le point bas à 6.9 m au niveau de la zone de captage. L’ensemble forme une surface relativement plane avec une pente globalement orientée du Sud-Ouest au Nord-Est. L’eau s’écoule dans ce sens et à tendance à s’accumuler et à stagner dans la moitié Est de la commune où l’altitude est relativement basse, particulièrement au niveau de la zone de captage. Ce secteur a dalleur été l’un des derniers urbanisés dans les années 2000 en partie du fait de sa topographie à risque.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s